De la dissémination

Localisation de parts de soi dans des espaces vécus comme « non soi », constitutive de l’humain, le déni dont elle fait l’objet dans les cultures occidentales a pour effets l’aliénation technologique et l’apathie contemporaine face à la crise de l’écosystème : il est donc urgent qu’elle soit reconnue comme objet d’étude scientifique. Pour les psychanalystes, elle engage une théorie des enveloppes psychiques et une topique du Soi.

La dissémination de l’homme dans son environnement reste le plus souvent non pensée ou inconsciente, en tout cas dans les cultures occidentales, fondées depuis Descartes sur le principe d’une séparation sujet/objet.
En tant qu’impensé, elle se manifeste dans la clinique des psychoses, comme l’a montré Harold Searles (1960) : animation hallucinatoire d’objets ou d’animaux, attribution d’intentions humaines aux éléments naturels, etc.

La dissémination contemporaine :
L’évolution des sociétés occidentales tend cependant à confronter le sujet non psychotique à la réalité de sa dissémination : en particulier, son inscription dans les mondes numériques le rend sensible au dépôt et à la circulation de parts de lui-même (images, éléments biographiques, relations, préférences et habitudes, etc) dans les réseaux du Web.
– Une part de cette dissémination est volontaire : p.ex. lorsque nous utilisons les mémoires « externes » des outils techniques (ordinateurs, « cloud », …) ; mais une autre part échappe à notre contrôle, p .ex. lorsque les outils de saisie de données collationnent notre activité sur internet puis la traitent au moyen d’algorithmes qui créent des « profils » exploités commercialement par les entreprises capitalistes de l’internet.
– Cette dissémination est cependant beaucoup plus large, elle concerne l’ensemble de notre environnement, technologique et naturel. Les travaux d’anthropologues (André Leroi-Gourhan) et de philosophes (Gilbert Simondon) ont établi les bases scientifiques de cette dissémination technique de l’humain. La dissémination de l’humain au sein de la nature, constitutive de son écosystème, après avoir été longtemps déniée, commence à s’imposer depuis la fin du XXè siècle à travers le constat de la destruction écologique par l’activité humaine.
Nous sommes ainsi aujourd’hui confrontés à une perception de notre identité humaine comme étroitement liée à nos enveloppes technologiques et naturelles. La fragilité de ces enveloppes, dont dépend notre vie quotidienne, et, au-delà, notre existence même, accède au statut d’évidence, générant un sentiment d’insécurité et des angoisses existentielles diffuses.

Penser la dissémination dans les sciences et la culture :
La reconnaissance de cette angoisse identitaire, l’étude de ses sources et le développement d’outils conceptuels pour les penser, constituent ainsi des enjeux majeurs pour les sciences de l’homme, des techniques et de l’environnement.
Pour la psychanalyse, cet enjeu se situe dans l’étude de cette dissémination, dans l’approfondissement du concept d’enveloppes psychiques, et dans un élargissement de la métapsychologie freudienne dans une topique du Soi, venant encadrer la topique du Moi.

Dr Jean-Paul Matot, février 2016

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s